Nos cafés produits par des femmes

La culture du café est historiquement une affaire d’hommes car ce sont eux qui héritaient des terres et qui les cultivaient. Cette époque est bien évidemment révolue, les femmes sont aujourd’hui des actrices incontournables de la chaîne de production, il n’y a qu’à voir le nombre de productrices “star” ayant gagné les concours les plus prestigieux du monde telle que la Cup of Excellence. On pense notamment à Eleane Mierisch (Nicaragua), Aida Batlle (El Salvador), Rachel Samuel (Ethiopie) et des centaines d’autres ! Ces véritables femmes d’affaires impulsent une énergie nouvelle qui se répercute également dans les pays consommateurs avec de plus en plus de femmes baristas, torréfactrices et propriétaires de coffee bars.

L’exemple du Rwanda

Au Rwanda, les femmes jouent un rôle déterminant au sein de leur foyer. De nombreuses coopératives soutiennent les agricultrices à l’aide de primes à la condition que le café soit produit sur une parcelle appartenant à une femme. Cela oblige cette société patriarcale à considérer les femmes comme des exploitantes à part entière en leur léguant des terres, ce qui a pour finalité d’améliorer leurs moyens de subsistance, d’éradiquer la pauvreté et de les rendre indépendantes par l’entreprenariat. L'intégration d'un programme de soutien aux femmes revêt un caractère pragmatique, puisque l'égalité, la formation et la propriété augmentent le revenu global de tous.

Pour découvrir tous nos cafés africains, cliquez-ici et si vous souhaitez offrir un coffret, ici.

L’exemple du Mexique

Le cas du Mexique (et plus généralement dans tous les pays d’Amérique centrale et du Sud) est bien différent du cas Rwandais, de nombreuses femmes se retrouvent cheffes de famille de facto en raison du départ des maris et des frères aux Etats-Unis et Canada dans le but de trouver un meilleur salaire. Ces hommes partent pour revenir au bout de quelques années de très dur labeur, mais dans les faits, restent dans leur pays d'accueil où ils reconstituent une famille et une vie économique. Les épouses et sœurs restées sur l’exploitation au pays sont celles qui produisent le café qui est vendu aux coopératives et aux torréfacteurs. Certaines se révèlent être de véritables cheffes d’entreprise et font grandir leur patrimoine en rachetant des parcelles à leurs voisins, en produisant un meilleur café et en trouvant des canaux de distribution leur permettant de subvenir aux besoins de leur famille.

Retrouvez ci-dessous tous les cafés de nos torréfacteurs produits par des femmes.