Pourquoi certains l’aiment chaud ?

Aujourd’hui on aime quand ça pique 🦸

Piment

Dis moi si tu manges épicé, je te dirai qui tu es…

Les plats épicés, c’est comme la coriandre, soit on adore, soit on déteste. 

Considéré comme un goût à part entière depuis quelques années, le piquant fascine. 

Comme les épices sont arrivées relativement tard en Europe, on peut dire que c’est un goût “nouveau” en Occident : son exotisme intrigue.

Route des épices

1. Où vénère-t-on le piquant ?

Piquant rime avec piment. De la même famille que la tomate, la pomme de terre et l’aubergine, le piment vient de Bolivie.

L’histoire de sa diffusion est assez simple : Christophe Colomb, missionné pour trouver une alternative à la Route de la Soie qui détenait un monopole sur l’approvisionnement du poivre en Occident, tomba sur ce petit poivron magique en Amérique.

Pas de pot, il n’eut pas le même succès commercial que les épices orientales.

Comme le piment pousse comme une mauvaise herbe dans n'importe quel petit jardin, il prit le nom de “le poivre du pauvre”. C’est pour cette raison qu’on le retrouve beaucoup dans la cuisine populaire basque (Espelette), espagnole et portugaise (Colorau).

Vasco de Gama l’apporta ensuite en Inde où il fut très vite adopté. Une fois arrivé en Afghanistan, il se diffusa dans le reste de l’Asie.

Enfin, les Turcs, qui envahirent l’Est de l’Europe vers 1526, influencèrent la cuisine hongroise, d’où le goulash au paprika.

2. Le piquant, un hack de cuisinier

S’il se diffuse si vite, c’est qu’il doit être bon pour la santé ce piment !

💡 C'est vrai ! Les composés chimiques du piment peuvent tuer jusqu’à 80% des bactéries d’un aliment. Quand on n’a pas de frigo, on met du piment.

Sain, certes, mais pas seulement, c’est aussi une arme redoutable pour relever un plat ou sauver une recette. Mauvais cuisiniers, ceci est pour vous.

Dans le Répertoire des Saveurs (ma bible dont je vous parle de temps en temps), Niki Segnit ne fait pas de chapitre sur le piment. Pour la simple bonne raison que le piment se combine avec tout.

Quelques exemples : les Aztèques (Mexique) l’utilisaient dans leur boisson emblématique : le xocolatl (cho-co-la-tel), un mélange de cacao, d’eau et d’épices variées ; les Coréens dans le kimchi, les Indiens dans leur curry.

En somme, il n’y a pas plus universel que le piment.

3. Ceux qui aiment le piment sont des amateurs de BDSM

C'est le moment de sortir le fouet 🔞 

Pour faire très simple, le corps perçoit certains goûts comme des dangers. Pour se défendre, il active une série de mécanismes de protection.

Test pratique : pensez à du jus de citron ou à un bocal de cornichons.

Jus de citron acide

Automatiquement, votre bouche se met à produire plus de salive. 

La raison ? 

L’acidité que l’on trouve naturellement dans la nature (comme celle d’un fruit pas assez mûr) est identifiée comme un poison par le corps humain. La salive est un lubrifiant qui permet de le régurgiter sans douleur.

Pour le piquant, c’est pareil. La majorité des aliments épicés contiennent une molécule au nom barbare de capsaïcine (pour votre prochaine partie de Scrabble). 

Considérée par l’organisme comme un ennemi (d’où la sensation de chaleur, de brûlure sur lèvres et la langue), elle le pousse à activer en urgence son système de climatisation interne.

Face à cette chaleur anormale, le cerveau déclenche ses mécanismes de refroidissement : sueur, larmes, accélération de la respiration (ventilation). Voilà pourquoi on peut avoir le hoquet en mangeant épicé, c’est la panique à bord.

En bref, on ne goûte pas les aliments épicés, on les ressent. Voilà, voilà, j’arrive au BDSM 😈

Ce qui peut paraître surprenant, c’est qu’une fois habitué à cette sensation de chaleur, on a envie de la répéter.

Plus on mange piquant… plus on aime le piquant.

Domina BDSM

Un psychologue américain (Paul Rozin) a même donné un nom à cette pratique : le masochisme bénin. Selon cette théorie, les personnes attirées par la brûlure sont des personnes attirées par d’autres sensations fortes… L’inconfort initial se transforme en plaisir après un certain nombre d’expositions.

À méditer.

Echelle de Scoville

L’échelle de Scoville qui classe les piments en fonction de leur force 🌶

 

Si vous devez retenir une seule chose de ce mail, c'est que

Le piquant peut-être qualifié de goût, au même titre que l’umami, le sucré ou l'astringent, bien qu’il occupe une place un peu à part. Sa particularité est qu’il déclenche une réaction de défense de l’organisme (comme l’acide) en provoquant de la douleur, qui peut, à la longue devenir très agréable et recherchée…

Pour recevoir toutes les semaines des astuces sur les mécanismes du goût et l'univers du café, il suffit de cliquer sur ce bouton : 

 

Vous pouvez aussi me suivre sur 

 

D'autres articles qui vont vous plaire...

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés