Hummm… c’est quoi le déca ?

Decaf is the new black : on veut en boire, mais du bon ! 🦸

Decaf is the new black

 

Le mauvais goût n'existe pas, la preuve par le déca...

Au risque de vous surprendre, le café décaféiné n’a jamais été aussi bon qu’aujourd’hui.

Il a le vent en poupe car 10% des buveurs de café ne supportent pas la caféine… mais adorent le café.

Pour ne pas perdre ces 100 millions de clients, les torréfacteurs ont dû améliorer leur offre.

Et c’est vrai que l’industrie du café a pendant très longtemps déconsidéré ces personnes en leur offrant des alternatives franchement pas quali.

Heureusement, ça a bien changé ces dernières années.

1. Comment fabrique-t-on le déca ?

Pour les plus curieux, j’ai résumé les principales manières de décaféiner le café ici.

Pour vous la faire courte, on part toujours d’un grain de café classique qu’on va vider de sa caféine. 

Il existe des variétés de café moins chargées en caféine que d'autres, mais il y a toujours un peu de caféine dans un grain de café : 1,2% pour la famille des Arabica, et 3% pour le Robusta.

💡 Tout simplement parce que la caféine est un antiseptique dont se sert le caféier pour se défendre des insectes qui aiment la chair sucrée de ses fruits. C’est son arme de défense.

Une fois extraite, elle ressemble à ça : 

Caféine extrait sec

Pour décaféiner correctement le café sans en altérer le goût, on plonge les grains verts dans des cuves d’eau très chaude afin que la caféine quitte le grain. Elle est ensuite piégée par un filtre de charbon actif.

Le grain est séché et peut être torréfié.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous parle de déca aujourd’hui.

Depuis le temps que je vous écris, vous savez que je prône l’accessibilité du goût.

C'est mon dada : "le goût est un super pouvoir, nous sommes tous et toutes des super-hero·ïnes".

Et pour moi, le meilleur café du monde, c’est celui que vous aimez, pas celui que je vous vends. 

J’ai compris ça lorsque je travaillais pour un marchand de café de spécialité à San Francisco. 

Je m’interrogeais sur l’intérêt qu’on avait dans cette boîte à passer autant de temps à sélectionner de très bons décaféinés : le marché est petit, très compétitif et le déca est considéré comme un sous-produit par beaucoup.

On m’a répondu : 

“Gabriel, c’est comme quelqu’un qui aime boire du vin rouge avec des glaçons. 

Pour toi qui est européen, c’est très choquant. Tu ne vas jamais lui servir du Château Petrus de peur de “gâcher” une très bonne bouteille (ça peut valoir jusqu'à 5 000 €).

Et personne ne va le faire d’ailleurs.

On va toujours lui vendre de la piquette. 

Mais si un jour une personne le prend au sérieux et lui donne une bonne bouteille, il boira le meilleur vin rouge aux glaçons de sa vie.

Et chez qui crois-tu qu'il se sentira respecté et donc deviendra un client fidèle ?”

Encore une fois, les Américains avaient tout compris au service client. 

2. 5 raisons de lui redonner une chance

Je vous encourage maintenant à refaire une expérience déca sans préjugés.

Pourquoi ?

1. La technologie a évolué : les méthodes naturelles d’extraction à l’eau préservent les saveurs du café. Le déca avait une mauvaise réputation jusqu'alors car on décaféinait mal du mauvais café (avec des solvants notamment). Ça a changé, maintenant on fait attention.

2. Il y a une grande offre quali chez les commerçants spécialisés : c'est le café des millenials (et vous en êtes peut-être un·e). Les personnes nées entre 1981 et 1996 sont celles qui recherchent le plus de bons cafés décaféinés auprès des torréfacteurs qui se sont adaptés à la demande.

3. C’est bon pour la santé : un café dépourvu de caféine n'entraînera pas de surproduction d’acide, adieu le mal d’estomac et les remontées acides. Idem pour les tremblements désagréables après la tasse de trop.

4. C'est bon à boire : les torréfacteurs se sont risqués à décaféiner du très bon café pour subvenir à la demande croissante du public. On trouve aujourd’hui du café de tous les pays, lavé, honey ou naturel décaféinés !

5. On peut en boire le soir et bien dormir : le plus évident pour la fin, le déca ne contenant presque pas de caféine, n’entraîne aucune excitation.

Si vous devez retenir une seule chose de ce mail c’est que 

Il n'y a rien de plus personnel que le goût, vous aimez ce qui est bon pour vous et personne ne doit vous imposer de faire autrement.

Mon petit conseil si vous ne buvez pas de café parce que vous ne supportez pas la caféine, redonnez-lui donc une chance, en choisissant un déca directement chez un torréfacteur de qualité ou ici. Et si c'est niet, c'est niet, on ne va pas se forcer.

Pour recevoir toutes les semaines des astuces sur les mécanismes du goût et l'univers du café, il suffit de cliquer sur ce bouton : 

 

Vous pouvez aussi me suivre sur 

D'autres articles qui vont vous plaire...

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés